Adresses à découvrir, Asiatique, Café, Français, Japon, Marché, Paris, Pâtisserie, Restaurant

Dix jours à Paris

Image

Je n’ai pas encore beaucoup voyagé. Je dois même avouer ne jamais avoir eu de passeport. L’Europe comme seul espace appréhendé. Et encore, mon Europe est toute petite. J’aime beaucoup Arte et les récits de voyages, mais je soupire et me languis, la cuisine comme angle d’approche. En attendant, je monte et je descends, de Lyon à Paris. Je ne mange jamais dans le TGV.

Mais une fois le pied posé sur le quai noir de la gare de Lyon, c’est une longue liste de restaurants, de brasseries, de livreurs à domicile, de marchés, de cafés que j’ajoute à mon carnet de route hexagonale. Dix jours à Paris c’est : un tartare de boeuf à l’Européen, un NYC BOX de chez Shushishop, le marché de la place des Fêtes, un chocolat chaud au Rosa Bonheur, une crêpe oeuf-bacon et des mojitos rue de la Roquette (François vient de gagner), un bouillon et de la pintade au Passage, un brunch sous la verrière de l’Hotel Amour, de nouveau une livraison de Sushishop de nouveau le marché de la place des Fêtes. Tartare de thon chez les Zazous, tiramisu aux fraises et vin à la ficelle au Tambour, des sashimi de saumon et un tartare de thon de nouveau au Faitout, un wok de poulet à la Fée Verte, un burger et un repas de Pirates au Blue Lagoon, Disneyland Paris. Du foie gras du champagne et des fraises assise sur ses genoux, des gyozas et un ramen plus grand que ma tête chez Higuma. J’ai fini par tourner de l’oeil face au mille-feuilles de fraises par Ladurée. Excitée et ivre de tant de nourriture et de découverte, j’ai le corps épuisé, gorgé de sucre et d’épices. Les yeux mi-clos au bar Ourcq  j’ai bu mon thé à la menthe et j’ai dit oui, j’arrive. Déménagement à Paris prévu pour la fin de l’année.
Il va falloir dévorer Lyon très sérieusement d’ici là.
Publicités

4 thoughts on “Dix jours à Paris”

  1. ah ! il faut en profiter tant que la mécanique biologique tient le rythme :))) et la cuisine italienne, tu connais ma belle ? de Bolzano, ex empire austro-hongrois à Ragusa, profonde Sicile riche d’influences en tout genre, il y a de quoi se perdre dans la variété et l’excellence… en un seul pays tu voyages un monde de saveurs…les vins t’abattent, à 15° facile au sud et tout le reste est indescriptible….en France, on en connait rien pratiquement et c’est dommage ! je reconnais ton enthousiasme ma belle; il me rappelle celui qui me prit en Ombrie, magnifique région d’Italie, devant la charcuterie, les vins, les biscuits secs, tout ce qui me fut mis devant dans la salle d’un « agri-turismo » authentique, avec d’autant plus de générosité que je montrais de beaucoup apprécier…..tout fait maison, un spectacle, vraiment saoulée de saveurs….obligée de m’asseoir sur un muret providentiel, sonnée pas tant de nourriture et beaucoup par le vin rouge aussi ! tellement « corposo » comme disent les italiens que reprendre la voiture fut impossible !

  2. Je partage mais c’est secret, merci de ne pas trop répéter: j’ai jamais mangé un meilleur tartare que celui des Parigots, rue du Château d’eau à Paris. Et pourtant moi j’ai pas mal bag-packé, un peu partout d’ailleurs (Beauvais, Issy-les-Moulineaux, Boulogne-Billancourt…).
    Bon, certes le tartare y est servi en kit, mais les excellentes frites qui l’accompagnent permettent de patienter pendant l’assemblage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s